Les Cornues

Les origines du fromage de chèvre

Il existe tellement de variétés de fromages de chèvre, qu’il faudrait être fou pour essayer de tous les recenser. Et si nous vous avons dressé une liste non-exhaustive des incontournables fromages de chèvre, leur diversité est telle qu’il y en a pour tous les goûts. Fromages laitiers ou fermiers, moulés à la main ou industriels, à pâte molle ou à pâte pressée, au lait entier cru ou pasteurisé, jeunes ou affinés, cylindriques ou tronconiques…. Il en existe de toute sorte pour le plus grand plaisir de nos papilles. Mais une telle richesse ne se construit pas en un jour, et l’histoire du fromage de chèvre remonte à tes temps anciens.

La chèvre, cet animal mythique

 

Représentation de la chèvre mythologique Heidrun qui mange les feuilles de l'arbre

Heiðrún bites the leaves of Léraðr

Derrière chaque mythologie, se cache une chèvre. La plus connue demeure la chèvre Amalthée, animal monstrueux et détesté des Titans qui la condamnèrent à l’exil dans une grotte, mais surtout nourrice de Zeus. De son vivant, elle le nourrit avec son lait et sa corne involontairement brisée par le jeune dieu donna naissance à la corne d’abondance. Amalthée lui assura également protection contre son père Cronos et contre les titans, puisqu’une fois morte Zeus se fit de sa peau un bouclier qui lui assura la victoire sur ses ennemies. Après cette bataille, Zeus redonna la vie à Amalthée, qui n’était autre que la fille d’Hélios, et lui offrit la vie éternelle en la transformant en constellation : « le dieu métamorphosa en étoiles sa nourrice et la corne féconde de sa nourrice, qui aujourd’hui encore porte le nom de sa maîtresse ».

Ce rôle nourricier de la chèvre se retrouve également dans la mythologie nordique, avec la chèvre Heidrun. Cette dernière s’alimente des feuilles de l’arbre Læradr situé lui-même sur le toit de la valhöll , la salle des guerriers morts au combat. De ses pis coule de l’hydromel, remplissant les coupes et réchauffant les cœurs des guerriers morts festoyant avec le dieu Odin, au Valhalla.

Elle apparaît également en Inde, sous le nom de Prakriti, la mère du monde, ou encore en Chine et au Tibet, où elle représente une enclume servant à fabriquer la foudre et par conséquent le feu.

De notre côté en Europe, au niveau mythologique, la chèvre possède une connotation plus négative. En effet, de nombreux mythes associent sa création au diable, essayant d’imiter la création de Dieu  : la vache. La chèvre est donc en quelques sorte une « vache ratée ».

Mais mis à part ces mythes et légendes… Quel rôle a joué la chèvre dans notre histoire ?

Le fromage de chèvre, une épopée vieille de plus de 10 000 ans

 

Chèvres dans la montagne

Il est très compliqué de donner une date précise concernant l’invention du fromage de chèvre. Mais il est d’usage de dire que cette invention remonte à la domestication des chèvres et des moutons, c’est-à-dire 10 000 avant J.C. La chèvre se révéla être ainsi l’un des tout premiers animaux domestiques. L’homme élève des chèvres pour leur viande, mais aussi son lait riche en protéines et bien plus digeste que celui de la vache. Son élevage d’abord concentré autour de la méditerranée, s’étend rapidement du fait du peu de contraintes. En effet, la chèvre a une facilitée d’acclimatation , mange peu et les paysages escarpés ne lui font pas peur.

Au Moyen Age, on utilisant le fromage de chèvre comme monnaie de troc. Mais la vraie révolution en termes de technologie fromagère, c’est la découverte de la pasteurisation par Emile Duclaux en 1857, qui permit un grand avancement dans l’élaboration du fromage de chèvre. Ainsi, les premiers fromages purent être commercialisés dès 1935, avec une absence de germes pathogènes garantie. La région Poitou-Charentes devint alors le berceau des fromages de chèvre en France. Et leur expansion continue jusqu’à nos jours.